Le programme des études est conçu de telle façon qu’il réponde à tous les aspects d’un métier dont la multiplicité des activités nécessite un grand professionnalisme.

L’ESAJ, dont le programme a évolué en concertation avec les fédérations professionnelles aussi bien nationales qu’européenne depuis le milieu des années 60, propose une formation qui a su conserver son identité historique tout en demeurant conforme aux recommandation de l’IFLA Europe (telle qu’elles sont présentée dans « L’IFLA Charter for Landscape architectural éducation » au chapitre « EFLA’s are as offert knowledge and skill ») en terme de contenu des enseignements.

 Tout paysage peut être ressenti, perçu et donc appréhendé de différentes manières. Il peut y avoir la lecture plastique, la lecture sensible, la lecture scientifique, la lecture environnementale, botanique, la lecture historique, la lecture socioculturel, la lecture technique, la lecture économique. Ces différentes approches nécessitent un vaste champ de compétences plutôt qu’une spécialisation précise.

A travers tous les enseignements, nous insuflons en outre l'idée que le paysage est fait pour une société humaine dans le respect des valeurs de l'environnement (biodiversité et développement durable) et incitons nos étudiants à une pratique collaborative (examen critique des projets en groupe par exemple), l'acquisition de talents individuels se faisant aussi par l'intelligence collective.

La conception paysagère est donc essentiellement une pratique requérant des connaissances multidisciplinaires.

Autour de la composition paysagère (design, conception et plannification paysagère), enseignée chaque semestre, s'articulent les enseignements de spécialité.

 
   programme
   

 L’axe socioculturel est orienté sur l’acquisition d’une culture de l’art en général, de l’art des jardins en particulier, de l’histoire des paysages et d’une culture des processus d’aménagement. Les étudiants apprennent les outils et les méthodes de communication, le droit y est abordé ainsi que les principales règles d’urbanisme.

  • Histoire de l’art
  • Histoire de l’architecture
  • Histoire des jardins
  • Découverte des jardins
  • Histoire de l’urbanisme et urbanisme réglementaire
  • Sciences humaines

L’axe plastique développe les capacités de création, d’imagination. Les étudiants y apprennent à voir, a percevoir, ils y affinent et y façonnent leurs sensibilités en multipliant les approches subjectives. Apprendre à traduire et à faire à travers l’acquisition de techniques de représentations tout en développant un regard personnel.

  • Maîtrise des moyens d’expression
  • Technique de représentation
  • Acquisition d’un langage plastique personnel
  • Sensibilité plastique
  • Démarche créative
  • Infographie (Suite Adobe + Autocad + Revit)

L’axe scientifique est particulièrement basé sur le végétal, sa connaissance, son utilisation et sur les systèmes de production des paysages du point de vue biologique.

  • Biologie végétale
  • Horticulture
  • Ecologie
  • Connaissance des végétaux
  • Évaluation de site végétal

L’axe technique enseigne la maîtrise des moyens qui mènent à la concrétisation des idées, à leur réalisation ou à leur gestion future. L’essentiel de cet enseignement est de mieux faire comprendre aux futurs paysagistes qu’il y a nécessité d’intégrer les techniques dès la conception, qu’elles doivent alimenter et enrichir, qu’elles peuvent être inventives, voire moteur d’un projet.

  • Maîtrise d’œuvre
  • Dossier technique
  • Approche économique
  • Gestion
  • Techniques d’expression écrite et orale

Aucun de ces quatre axes ne prend le pas sur les autres, ils sont traités sur un pied d’égalité. Ils se télescopent nécessairement, se contredisent parfois, dans l’intérêt des étudiants, projet et ingénierie sont à considérer comme indissociables.

La Composition : Design, Conception et Planification paysagère.

L'enseignement, hormis les deux premières années où les bases sont également enseignées en cours magistraux, est fait en atelier encadré les années suivantes. L'enseignement est toujours confié à un paysagiste-concepteur auquel se joint, selon le déroulement du programme, l'enseignant de spécialité (végétaux, architecture, techniques, dessin, etc.). La pratique du projet suit une progression, de la petite à la grande échelle, du projet simple au projet complexe et aux grands territoires selon les principes suivants :

  • Imitation / répétition
  • Restauration / réhabilitation
  • Approche artistique et technique du projet
  • Approche scientifique et technique
  • Échelle locale
  • Échelle territoriale
  • Territoires complexes

 

 

Création AD Micro - 2017